Réalisation d’un film « Mémoire de terre, mémoire d’usine » à Tourcoing (59)

  • 1 000

    Objectif
  • 1 200

    Contribué
  • 0

    Jours restants
Pourcentage financé :
120%
Cette campagne est terminée.
Catégorie: Campagne

Mémoire de terre, mémoire d’usine

un film de Jean-Charles Leyris produit par la Fabrique

Une histoire de vie : dans le Nord de la France, Yamina et ses fils se retrouvent chaque saison au jardin, au pied de l’ancienne usine. Ils y cultivent des plantes locales et méditerranéennes. En travaillant la terre, ils discutent de leur vie actuelle et évoquent l’histoire du père de famille. Il était paysan en Algérie avant de rejoindre la France à la fin des années cinquante. Il travaille ensuite vingt-cinq ans à Tourcoing, comme ouvrier textile. Depuis son décès et la fermeture de l’usine, son épouse et ses enfants continuent à se rendre au jardin où se mêlent souvenirs et présent.

Sous l’angle de l’intime, le film évoque la fin de la grande industrie, les traces qu’elle laisse sur les territoires et les mémoires. Mais aussi les permanences de ce monde, la façon dont les membres de la famille ont réinventé leur quotidien, l’énergie qu’ils déploient, dans la diversité de leurs trajectoires et de leurs pensées.

« Ce film m’a été inspiré par des rencontres et des dialogues avec d’anciens salariés du textile et leurs proches. C’est un film qui parle de l’hier, mais surtout d’aujourd’hui, de ce qui reste après l’exil et l’usine, des manières de vivre et de s’adapter, des équilibres précaires sur lesquels on navigue », explique Jean-Charles Leyris, réalisateur. « La relation forte que j’ai nouée avec cette famille me permet d’aborder ces thèmes en captant les gestes du quotidien, ceux de Yamina en particulier, qui confectionne tous les jours son pain avant de partir cultiver. Ses fils passent à la maison, partagent leurs préoccupations, leurs joies et leurs projets, les difficultés liées au travail ou à l’absence de travail, les petits faits de nos vies ordinaires. Par petites touches, j’espère susciter chez le spectateur étonnement et questionnement, rendre sensible cette histoire familiale universelle ».

Au jardin, d’anciens ouvriers passent donner un coup de main pour les semis et les récoltes : les solidarités nées de l’usine se perpétuent. Ce bout de campagne en ville constitue un théâtre où s’entremêlent bonheurs et aléas du quotidien, vie collective et solitude, mémoires du travail, empreintes du pays d’origine.

Quelques personnages :

Yamina, la mère de famille : âgée aujourd’hui de 84 ans, elle est arrivée en France à la fin de l’année 1963 et a eu treize enfants. Depuis le décès de son époux, elle se rend souvent au jardin qu’elle cultive avec trois de ses fils. Son savoir-faire se compose d’un mélange de pratiques traditionnelles et d’adaptation à la terre et aux conditions climatiques du Nord.

Mohamed, le père de famille : aujourd’hui décédé, il était ouvrier agricole et gérant de ferme en Kabylie. Arrivé en France en 1958, il a travaillé au peignage de la Tossée pendant vingt-cinq ans. Malgré sa disparition, il demeure un personnage central du jardin. A l’origine de sa création, les plantations et les aménagements qu’il a réalisés subsistent encore.

L’équipe :

Le réalisateur, Jean-Charles Leyris : Mémoire de terre, mémoire d’usine est son premier film. Ethnologue, archiviste et photographe, il a effectué de nombreux travaux de recherche sur les mémoires du travail industriel, notamment dans le Nord.

Images François Engrand – Son Jean-Marie Daleux – Montage Jean Thomé – Production Anne Bruneau. La Fabrique avec le soutien de Pictanovo.

La Fabrique est une association de production audiovisuelle fiction et documentaires basée à Lille. Elle a produit Harikanassou, 52′ – réal. JM. Descamps, Grands lecteurs, 26 mn. – réal A. Bruneau, Travailler en micro-omose, 26 mn, réals C. Jeandroz et C. Mandere. En production actuellement : Mémoire de terre, mémoire d’usine et Chronique du Tiers-Exclu. De Claire Angelini.

A quoi va servir votre soutien ?

PROJET MONTANT RESSOURCES MONTANT
Droits d’auteurs et musicaux 500,00 €
Salaires et charges 11 700,00 € Pictanovo – acquis 4 500,00 €
Frais de tournage et consommables 500,00 € Aide matériel – acquis 1 400,00 €
Matériel de tournage et montage 2 600,00 € Communes et demandes en cours 6 700,00 €
Assurances et frais admin 700 Partenariat projection Lille 1 3 000,00 €
Edition de DVD 600 Financement participatif MyMoneyHelp 1 000,00 €
Total 16 600,00 € Total 16 600,00 €
Actualisé au 16/09/2016

Dans un premier temps, nous avons besoin de votre soutien immédiat pour terminer le tournage, et entamer le montage du film avec une équipe professionnelle, qui a été choisie pour son savoir-faire et la qualité de son travail. Le film entamé par Jean-Charles Leyris est attaché à la mémoire autant qu’aux gestes du quotidien. Un film sensible et profondément humaniste que nous souhaitons partager avec le plus grand nombre.

Anne Bruneau .

Récompenses

10
10 € : un grand merci
0 Contributeurs
25
25 € : un grand merci, votre nom au générique, une invitation à l'avant-première
0 Contributeurs
50
50 € : un grand merci, votre nom au générique, une invitation à l'avant-première et un dvd du film.
0 Contributeurs
100
100 € et plus : un grand merci, votre nom au générique, une invitation à l'avant-première, un coffret dvd comprenant le film et un livret sur l'histoire de la Tossée.
0 Contributeurs
200
200 € : les récompenses ci-dessus et une projection du film en présence du réalisateur.
1 Contributeurs

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Réalisation d’un film « Mémoire de terre, mémoire d’usine » à Tourcoing (59)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *